Les différentes facettes de la foi

Les différentes facettes de la foi

Il y a quelques temps, le Seigneur m’a fait lire simultanément trois passages des Évangiles que j’aimerais partager avec vous. A travers cette méditation, j’ai appris que nous serons amenés tout au long de notre vie chrétienne, à manifester notre foi en Dieu de différentes façons.


La foi est patiente


Je l'ai découvert au travers de l’histoire de Jaïrus. Marc 5 : 21-36 nous dit :

« 5:21 Jésus dans la barque regagna l'autre rive, où une grande foule s'assembla près de lui. Il était au bord de la mer. 5:22 Alors vint un des chefs de la synagogue, nommé Jaïrus, qui, l'ayant aperçu, se jeta à ses pieds, 5:23 et lui adressa cette instante prière: Ma petite fille est à l'extrémité, viens, impose-lui les mains, afin qu'elle soit sauvée et qu'elle vive. 5:24 Jésus s'en alla avec lui. Et une grande foule le suivait et le pressait…


5:35 Comme il parlait encore, survinrent de chez le chef de la synagogue des gens qui dirent: Ta fille est morte; pourquoi importuner davantage le maître?

5:36 Mais Jésus, sans tenir compte de ces paroles, dit au chef de la synagogue: Ne crains pas, crois seulement. »


Je rappelle qu’entre les versets 24 et 35 de ce récit, il s’est produit une scène qui a forcé Jaïrus à attendre, à patienter. Alors que Jésus s’en allait guérir sa fille, une femme qui souffrait d’une perte de sang l'arrête par sa foi et Jésus répond à son besoin. Vous vous imaginez ? Le cas de Jaïrus était urgent, sa fille était mourante et il fallait une intervention rapide du Maître mais Ce dernier choisit de guérir la femme à la perte de sang dans un premier temps. Là j’ai compris quelque chose : Jaïrus avait le choix de laisser tomber et de retourner chez lui parce qu'irrité du fait d’attendre ou bien suivre le programme de Jésus. Nous connaissons la fin glorieuse qu’a réservé le Seigneur à Jaïrus : sa fille était certes morte mais Jésus la ressuscita.

Frères et sœurs, nous aussi comme Jaïrus, nous serons amenés à patienter, à attendre une réponse de Sa part. Des fois nous ne saurons pas pourquoi le Seigneur nous fait attendre mais sachons qu'avec Lui tout a un but.

Il y a deux ans, je voulais effectuer un achat mais je sentais dans mon cœur que je n’avais pas l’aval du Saint Esprit. Je ne comprenais pas et je Lui demandais tout le temps la raison de son refus parce que je voulais effectuer cet achat à ce moment là sans attendre. J’ai fini par me résigner et laisser tomber car de toutes les façons je ne pouvais pas aller de l'avant sans Son accord étant donné que je connaissais clairement Sa volonté. Plus tard j’ai compris que le seigneur avait utilisé ce moyen pour m’apprendre à patienter.


La foi est déterminée


La femme syro-phénicienne est l’exemple type de cette sorte de foi.


Il est écrit dans Marc 7 : 24-29 « Jésus, étant parti de là, s'en alla dans le territoire de Tyr et de Sidon. Il entra dans une maison, désirant que personne ne le sût; mais il ne put rester caché. Car une femme, dont la fille était possédée d'un esprit impur, entendit parler de lui, et vint se jeter à ses pieds. Cette femme était grecque, syro-phénicienne d'origine. Elle le pria de chasser le démon hors de sa fille. Jésus lui dit: Laisse d'abord les enfants se rassasier; car il n'est pas bien de prendre le pain des enfants, et de le jeter aux petits chiens. Oui, Seigneur, lui répondit-elle, mais les petits chiens, sous la table, mangent les miettes des enfants.

Alors il lui dit: à cause de cette parole, va, le démon est sorti de ta fille. »


Cette femme était tellement déterminée à faire agir le Seigneur en faveur de sa fille que rien ne pouvait l’arrêter, même pas les paroles de Jésus qui voulait éprouver sa foi.

Nous aussi comme cette femme nous devons faire preuve de détermination. Malheureusement, des fois, nous abandonnons vite, au moindre obstacle. Il nous faut apprendre à être déterminés dans notre foi car cela Lui est agréable.


Enfin la foi est persévérante


Dans ce troisième passage que j’ai lu, l’évangéliste Luc nous raconte l’histoire d’une veuve et d’un juge inique.

« Jésus leur adressa une parabole, pour montrer qu'il faut toujours prier, et ne point se relâcher. Il dit: Il y avait dans une ville un juge qui ne craignait point Dieu et qui n'avait d'égard pour personne. Il y avait aussi dans cette ville une veuve qui venait lui dire: Fais-moi justice de ma partie adverse. Pendant longtemps il refusa. Mais ensuite il dit en lui-même: Quoique je ne craigne point Dieu et que je n'aie d'égard pour personne, néanmoins, parce que cette veuve m'importune, je lui ferai justice, afin qu'elle ne vienne pas sans cesse me rompre la tête. Le Seigneur ajouta: Entendez ce que dit le juge inique. Et Dieu ne fera-t-il pas justice à ses élus, qui crient à lui jour et nuit, et tardera-t-il à leur égard? Je vous le dis, il leur fera promptement justice. Mais, quand le Fils de l'homme viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre? » Luc 18 :1-8


La femme veuve n’avait pas peur d’aller voir sans cesse le juge inique. Elle n’était pas non plus fatiguée d’insister auprès du juge jusqu’à obtenir gain de cause.

Mon frère, ma sœur, peu importe le nombre de fois où tu as déjà prié pour ta situation, ne t’arrête pas tant que tu n’as pas obtenu une réponse de Dieu. Persévère, insiste, frappe à la porte du Ciel… Jésus va te répondre selon Sa volonté car Il prend plaisir à cela.


Frères et sœurs, nous pouvons être convaincus que si nous démontrons une foi patiente, déterminée et/ou persévérante selon nos situations, nous serons exaucés car cela est agréable à Dieu.


Soyez béni(e)s

Bernadette Nkourissa

Témoignages Récents
Rechercher par Tags

Notre Adresse :
Chambly (QC)  Canada

Appelez nous:

1-450- 447- 0444

Ecrivez-nous:

tsnicou@gmail.com