top of page

Que puis-je faire pour toi ?

Dans le livre de 2 rois au chapitre 4, on retrouve l’histoire de cette Sunamite et du prophète Elisée.

Il est dit : qu’à chaque fois qu’elle voyait Elisée passer, elle insistait pour qu’il prenne un repas chez elle. Et un jour, elle dit à son mari : “Je sais que cet homme qui passe toujours chez nous est un saint homme de Dieu. Nous pourrions lui construire une petite chambre sur le toit et y mettre pour lui un lit, une table, une chaise et une lampe. Il pourrait loger là quand il viendra chez nous”


On peut dire de cette femme qu’elle avait le sens de l’hospitalité, un cœur généreux, qu’elle respectait les prophètes et la parole de Dieu.

Mais cette femme avait un souci, elle n’avait pas d’enfant. Et certainement le fait de ne pas avoir d’enfant devait être pour elle une source d’affliction, une source de honte, une source de tristesse et d’humiliation.


Le prophète Elisée, touché par la bonté de cette femme va lui poser la question suivante : QUE PUIS-JE FAIRE POUR TOI ?


Et la Sunamite répondit : « Non merci ! je vis heureuse au milieu de mon peuple ».

Et c’est là que se pose le paradoxe : elle n’a pas d’enfant et quand le prophète va lui demander que puis-je faire pour toi : elle dira en quelque sorte : « rien ! tout va bien…je ne veux de rien »

Alors on peut se poser la question suivante : pourquoi cette femme réagit-elle de cette façon ?

Et si on lit le verset 16, on arrive à comprendre sa réaction ! car elle répondit au prophète : « ne me donne pas de faux espoirs »

Cette sunamite avait tout simplement perdu espoir ! Car peut être, était-elle comme Sarah, le délai où Dieu devait agir était déjà passé ! Ou peut-être que l’usure l’a atteint: Et elle finit par baisser les bras !

Elle avait tellement perdu espoir que son cœur s’était résigné. Elle s’était fait une raison sur son sort.

Elle servait Dieu mais avait arrêté de croire que L’Eternel pouvait lui donner un enfant ;

Elle servait Dieu de tout son cœur mais n’avait plus confiance en lui ;

Cette femme est l’exemple parfait que l’on peut toujours avoir un cœur de serviteur sans pour autant croire que Jésus peut agir dans l’épreuve que nous traversons.


Et peut-être que toi aussi, aujourd’hui tu es comme cette sunamite et tu dis : je n’ai besoin de rien ! alors que tu as ce problème dans ta vie. Tout simplement, parce que toi aussi, tu as arrêté de croire que Jésus pouvait changer ta situation.


Je veux juste alors, te rappeler les promesses de Dieu pour ta vie ! Car l’Eternel t’a appelé dès ta naissance,

Il t’a nommé dès ta sortie des entrailles maternelles Il a mentionné ton nom dès avant ta naissance et il t’a dit : tu es mon enfant,


Esaie 49 v 15 : Une femme oublie-t-elle l’enfant qu’elle allaite ? N’a-t-elle pas pitié du fruit de ses entrailles ? Quand elle l’oublierait, moi je ne t’oublierai point.

Dieu ne t’a pas oublié, il n’a pas oublié ta situation, mais qu’importe ce qui se passe, même si les circonstances ne sont pas en ta faveur : il faut continuer à croire que Dieu peut agir dans ta vie car comme il est dit dans Esaïe 43 verset 1 à 3 : Ainsi parle maintenant l'Éternel, qui t'a créé, ô Jacob! Celui qui t'a formé, ô Israël! Ne crains rien, car je te rachète, Je t'appelle par ton nom: tu es à moi! Si tu traverses les eaux, je serai avec toi; Et les fleuves, ils ne te submergeront point; Si tu marches dans le feu, tu ne te brûleras pas, Et la flamme ne t'embrasera pas. Car je suis l'Éternel, ton Dieu, Le Saint d'Israël, ton sauveur;


Dieu l’a fait pour cette Sunamite qui a embrassé un fils alors il peut le faire aussi pour toi. Soyez encouragés,


Laura Palix




コメント


Témoignages Récents
Rechercher par Tags
bottom of page