La place que tu donnes à Jésus dans ta vie!

Plus jeune, ma mère me disait souvent ''Tu es ce que tu fréquentes'' en quelque sorte dis-moi qui sont tes amis et je te dirai qui tu es. Effectivement, lorsque je regarde mes amies, je trouve qu’elles me représentent bien, chrétiennes ou pas, elles ont toutes quelque chose qui me relient à mes champs d’intérêts ou à ma personnalité. Cependant, mes amitiés les plus profondes sont celles qui ont été éprouvées dans le temps, et avec qui, j’ai passé et continue de passer du temps de qualité autant dans mes bons ou mauvais moments.


Ce qui me pousse à ce qu’ensemble on se pose cette question : Dis-moi quelle est ta vie de prière et je te dirais la place que tu donnes à Jésus dans ta vie. Là n’est pas le problème de l’amour qu’on Lui porte mais les gestes que nous posons qui le démontrent.


La pandémie nous a tous ébranlé. Elle a changé notre routine, nos habitudes, nos activités, notre façon d’agir, notre train-train quotidien en fait. Il reste que l’être humain a une capacité infinie de s’adapter… cette crise a commencé par des jours qui sont devenus des semaines et des semaines des mois. Nous voici encore là-dedans et le monde s’est ajusté avec cette réalité.


Pour ma part, alors que cette pandémie m’a restreint sur certains aspects tels qu’aller au travail, ne plus pouvoir aller à l’épicerie sans prendre en considération les files d’attente et travailler ma patience lol, j’ai pu malgré tout, grâce au télétravail, faire une remise en forme. Avoir cette discipline et prendre conscience que ma santé est importante. J’ai donc mangé plus santé et fait de l’exercice. Avec la persévérance, les résultats escomptés sont arrivés (lol).


Mais sur le plan spirituel, alors que les églises se sont ajustées et qu’elles ont travaillé très fort pour offrir du contenu multimédia pour garder la vie chrétienne tel qu’on la vivait lorsqu’on s’y présentait physiquement, je peux dire en toute humilité que je suis entrée plutôt dans une léthargie spirituelle. (Tsé, faire les choses un peu par habitude sans engouement spécial). Pourtant par un clic, je pouvais chercher un sujet et voilà je pouvais m’instruire, apprendre ou rentrer dans un temps de prière au moment que je le désirerai. La commodité était au rendez-vous mais je n'ai pas saisi cette opportunité de suite.


Pour certains, cette saison n’a rien changé ou au contraire les a tellement ébranlés, que leurs genoux se sont mis à terre et ont cherché la face de Dieu. Pour ma part, ce n’est pas que le St-Esprit ne me disait pas de prendre du temps avec Jésus, simplement je remettais cela à demain, qui demain, devenait après-demain etc.


Jusqu’au jour où Dieu a su comment m’interpeller, Il a réveillé des sujets de prière enfouis qui durant la nuit m’ont poussés à chercher sa face; Ce qui jusqu’à ce jour m’a permis de garder cet envol et de prioriser un temps avec Lui afin de rentrer dans Sa présence. Psaumes 37:4 : ''Fais de l'Éternel tes délices, Et il te donnera ce que ton cœur désire''.


J’ai retrouvé mon premier amour, cet engouement à prendre du temps avec Lui, à chercher sa direction, à chercher à Lui ressembler. Par-dessus tout, Lui donner la première place et Lui faire confiance. Lorsque j’ai recommencé à goûter à Sa présence, mes sujets de prière devenaient presque secondaires, je voulais juste être avec Lui. Mon cœur est devenu léger et ma perspective des choses est devenue différente.


J’aurais voulu dire que le début de la pandémie m’a amené dans des temps de gloire et de communion avec Jésus mais ce n’est pas le cas. Par contre, à ce jour ma remise en forme physique s’améliore et ma santé spirituelle aussi. Cette saison m’a aussi permis de me remettre en question et de me demander : Si demain, je ne pouvais plus aller à l’église définitivement ou ne pouvais plus m’impliquer dans la louange, aurais-je encore ce même zèle pour Jésus ou est-ce que ma relation avec Dieu serait teintée par l’absence de mon service?


C’est une question qu’on peut tous se poser et elle est un bon thermomètre de notre vie spirituelle.


Néanmoins, soyons encouragés aujourd’hui car il n’y a aucune condamnation mais au contraire avec Dieu il y a toujours un nouveau départ. Quelle joie de pouvoir être son enfant et comme Abraham, saisissons cet incroyable cadeau : Il nous appelle ami. Jacques 2:23 : ''Ainsi s'accomplit ce que dit l'Écriture : Abraham crut à Dieu, et cela lui fut imputé à justice; et il fut appelé ami de Dieu''.


Alors de même que nous chérissons nos amitiés, privilégions à plus forte raison, notre relation et ce feu pour Jésus peu importe les circonstances et nos saisons, donnons-lui la première place, laissons-le être le maître dans toutes les sphères de nos vies, et qu’Il soit au centre de tout.


Il est notre meilleur ami et nous devrions toujours nous attendre à sa venue. Apocalypse 3:20 : ''Voici, je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu'un entend ma voix et ouvre la porte, j'entrerai chez lui, je souperai avec lui, et lui avec moi''.


Alors, aujourd’hui je déclare encore : Jésus, je t’ouvre la porte de mon cœur! Prends la place qui te revient!


Soyez encouragés et bénis


Sherley Bien-Aimée Altidor


Témoignages Récents
Rechercher par Tags